Les dévotions de l’église pour chaque mois de l’année

Les dévotions de l’église pour chaque mois de l’année

A l’époque de l’ancienne civilisation romaine, il pouvait arriver que, dans des situations d’extrême gravité, un commandant décide de sacrifier sa vie pour assurer la victoire de son camp et le salut de ses hommes. Pour ce faire, il fit un vœu aux dieux de l’enfer, par lequel il s’engageait à s’offrir et à leur offrir l’armée ennemie. Cet acte avait le nom devotion, du latin deuouere, “faire un vœu”.

La dévotion peut donc se résumer en un acte d’amour et de confiance prononcé par l’homme envers Dieu.

Dans la sphère chrétienne, ce n’est pas nécessairement un sacrifice extrême, avec lequel les fidèles offrent leur vie, mais une pratique religieuse adressée à Dieu, à Notre Dame, à un Saint, faite d’amour spirituel et de prière fervente. Au contraire, la dévotion devient une forme de prière vraie et propre, plus lointaine et facultative, par rapport à la liturgie officielle et à celle des Heures, mais qui s’est répandue dans le temps sous diverses formes, donnant vie aux célébrations et aux moments de prière qui sont maintenant entrés dans la vie de tout chrétien. Pensons à la Récitation du rosaire, la Via Crucis, l’Angélus, mais aussi les processions, les chemins de prière et de méditation spirituelle, comme les Monts Sacrés, des chemins de dévotion à travers des paysages sacrés qui offraient aux pèlerins du XVe siècle une alternative moins coûteuse et plus faisable que le pèlerinage en Terre Sainte.

Les pratiques dévotionnelles sont une façon pour l’Église de célébrer chaque jour de l’année avec solennité et ferveur, en tournant son attention et son amour maintenant vers un saint, maintenant vers un autre, maintenant vers une caractéristique particulière de Marie ou de Jésus. Bien que, dans certains cas, les pratiques dévotionnelles aient pris une dimension folklorique au fil du temps, il serait profondément erroné de limiter l’importance de ce phénomène aux fêtes pittoresques et aux processions populaires. En effet, les fêtes populaires dédiées aux Saints, Jésus et Notre Dame, ainsi que les principales fêtes, comme Noël et Pâques, risquent de nous faire oublier dans le véritable esprit dévotionnel et ascétique dans lequel ils sont nés, submergés par le consumérisme et par une culture de l’apparition qui appauvrit ces occasions de leur solennité. Il s’agit plutôt de célébrations étroitement liées à l’histoire et à l’évolution sociale des communautés dans lesquelles elles se déroulent, nées pour enrichir la vie spirituelle de ceux qui les célèbrent, pour rendre chaque jour, chaque mois spécial et agréable à Dieu.

Voyons certains d’entre eux, divisés par mois.

Janvier

Le mois de janvier est consacré à l’enfant Jésus et en particulier au Très Saint Nom de Jésus. Huit jours après Noël, la dévotion du Très Saint Nom de Jésus est honorée pour célébrer le jour où saint Joseph l’a circoncis et lui a donné son nom. Ce culte dévotionnel est célébré depuis les origines de l’Église. En fait, il semble que les saints Pierre et Paul aient déjà contribué à sa diffusion, et plus tard, au Moyen Âge, saint François d’Assise en fut l’un des promoteurs. Saint Bernardin et ses confrères ont fait en sorte qu’elle devienne une fête liturgique. La dévotion au Très Saint Nom de Jésus est centrée sur la puissance du nom de Jésus, la défense et l’ornement pour les fidèles, la protection contre le mal et le précieux talisman contre les démons, les maladies et les infirmités. Jésus a révélé à Sœur Saint-Pierre, Carmélite de Tour, l’Apôtre de la Réparation, la dévotion au Saint Nom de Jésus de Jésus, à réciter à cette occasion pour offrir son amour inconditionnel à Jésus :

Soyez toujours loué, béni, aimé, adoré, glorifié.

le Très Saint, le Très Sacré, le plus adoré – mais incompréhensible – Nom de Dieu

Au ciel, sur terre ou en enfer, de toutes les créatures qui sortent des mains de Dieu.

Pour le Sacré-Cœur de notre Seigneur Jésus-Christ dans le Très Saint Sacrement de l’autel. Amen

Février

Le mois de février est consacré au Saint Esprit, la troisième personne de la Très Sainte Trinité. L’Esprit Saint est Dieu et, en même temps, le don de l’amour que Dieu réserve à ses enfants dévoués. Il descend sur les croyants comme une flamme ardente et elle rend leurs paroles ailées, afin qu’ils puissent atteindre le Père. Février consacre aussi ses dévotions à la Sainte Famille, la famille par excellence, composée de Jésus, Joseph et Marie. Prières et litanies sont toutes dédiées à ce parfait exemple d’Amour et de Foi, vers lequel tous doivent regarder pour vivre dans la sérénité et la plénitude. Les dévotions à la Sainte Famille expriment une volonté de faire ce que Jésus, Marie et Joseph aiment et d’éviter ce qu’ils n’aimeraient pas.

Mars

Le mois de mars est consacré à la dévotion à Saint Joseph, qui est célébrée le 19 mars. Saint Joseph est l’exemple d’un père bon et aimant par excellence, d’un mari fidèle et attentionné, mais aussi d’un humble serviteur de la volonté divine, en ce qu’il a accepté son rôle d’époux de Marie et de père putatif de Jésus sans remettre en question le dessein de Dieu. Saint Joseph est très honoré par l’Église catholique et joue un rôle très important dans de nombreuses prières du rite romain.

C’est aussi le protagoniste de nombreuses pratiques dévotionnelles, comme la “pratique des Sept Douleurs et de la Gaieté de saint Joseph”, ainsi que de nombreuses litanies, comme le Cingolo ou Cordone di San Giuseppe, la Coroncina di San Giuseppe, lo Scapolare di San Giuseppe, il Sacro Manto, la Novena perpetua, la Corona Perpetua, la Corte Perpetua. Nous nous tournons vers lui pour demander des grâces et des intercessions.

Avril

Les dévotions d’avril sont adressées à l’Eucharistie, au Saint Esprit et à la Divine Miséricorde. L’Eucharistie symbolise le sacrifice de Jésus, qui se renouvelle à chaque messe, et le fait qu’il est descendu sur ceux qu’il aimait pour les protéger et les guider après sa mort. L’Eucharistie contient en elle-même tout l’amour de Jésus, sous toutes ses formes : crucifié, unitif, adoration, contemplatif, contemplatif, priant, enivrant. Réserver du temps et de l’attention à cette dévotion conduit à l’obtention de nombreuses grâces et à un sentiment de proximité de l’amour inestimable de Dieu. Jésus a dicté à Sainte Faustine Kowalska la “Coroncina alla Divina Misericordia en 1935, en promettant que ceux qui réciteraient cette prière auraient la certitude de mourir dans la paix et la grâce, et de mourir sereinement ceux qui l’écouteraient de leurs lèvres muettes. Cette dévotion garantit le pardon même aux pécheurs les plus endurcis et récidivistes, montrant l’immensité de la miséricorde de Jésus.

Mai

Mois dédié à Marie, Mère de Jésus, bénie parmi les femmes et les mères. Marie est un symbole et un modèle pour toutes les femmes, de sacrifice, d’humilité, d’amour immense. Partout où vous allez vous pouvez trouver des statues de la Vierge dans toute sa grâce. En mai, Marie est le protagoniste de nombreuses festivités : 13 mai Notre-Dame de Fatima, 31 mai Visitation, 31 mai, Fête des Mères. Avec dévotion à Marie, nous nous tournons vers elle comme intermédiaire entre l’homme et Dieu, porte-parole le plus doux et le plus aimant des angoisses de l’humanité, réceptacle des rêves, des désirs et des espoirs. En cela, Marie est la seule à pouvoir rapprocher ceux qui se sont perdus de Dieu, en acceptant les prières et la repentance et en les élevant au ciel avec la force de son amour.

Juin

La Grande Promesse faite par Jésus à sainte Marguerite Marie Alacoque en 1620 a commencé la devotion du Sacré-Cœur de Jésus, qui considère le mois de juin comme son mois de référence. Jésus aurait dit à la Sainte :

Mon Coeur divin est si passionné par l’amour pour les hommes qu’il ne peut plus contenir en lui-même les flammes de sa charité ardente, il doit les répandre. J’ai le choix pour remplir ce grand dessein.

La dévotion au Sacré-Cœur de Jésus se tourne donc vers le Jésus miséricordieux, étendu vers les hommes, prêts à pardonner leurs péchés, leurs faiblesses. La dévotion au Sacré-Cœur de Jésus protège du mal et purifie le cœur de tout pécheur. Les litanies et les prières célèbrent cette dévotion, ainsi que l’observance des trois règles imposées par Jésus au Saint avec la Grande Promesse :

  1. Approcher la communion dans la grâce de Dieu : si l’on est dans le péché mortel, la confession est nécessaire.
  2. La dévotion se poursuivra pendant neuf mois consécutifs. Pour ceux qui négligent ne serait-ce qu’une seule communion, il faut repartir à zéro.
  3. La pratique pieuse peut commencer le premier vendredi de n’importe quel mois.

Le Sacré-Cœur de Jésus garantit qu’aucun de ceux qui ont fait le premier vendredi saint ne mourra dans le péché mortel.

Juillet

Mois dédié au Sang le plus précieux de Notre Seigneur, le vrai salut du monde, symbole du sacrifice consenti par Jésus pour purifier l’humanité de tous les péchés. Le premier dimanche du mois est consacré au Précieux Sang de Notre Seigneur, qui doit être honoré par la repentance, la tempérance, la modération dans les passions, pour montrer que nous sommes dignes du sacrifice de Jésus et de l’immense puissance salvatrice de Son Sang. Cette fête, en quelque sorte le couronnement du mois du Saint Cœur qui vient de s’achever (juin), a été instituée par le Pape Pie IX.

Août

Le mois d’août est consacré à Dieu Père, à qui une fête n’est pas dédiée pendant l’année liturgique.

C’est par l’intermédiaire de Mère Eugenia Elisabetta Ravasio (1907-1990) que le Père a demandé l’institution d’une fête en son honneur. En ce mois, nous devrions nous tourner vers Dieu le Père en renouvelant notre volonté de nous confier complètement à Lui, en nous consacrant à Sa volonté et en invoquant la Grâce pour nous-mêmes et pour ceux que nous aimons.

Septembre

Septembre est le mois dédié aux anges, messagers entre Dieu et les hommes, gardiens et guides à chaque étape, dans les rêves quotidiens. On s’adresse à eux en invoquant la protection et l’aide afin qu’ils puissent voir à notre sujet et nous donner la force de croire en Dieu et de l’aimer avec toute la force dont nous sommes capables.

Octobrestatues de Marie

Le mois d’octobre est consacré au Saint Rosaire. Le retour du Rosaire a toujours été lié à la promesse d’obtenir une indulgence plénière ou partielle. Réciter le rosier nous permet d’obtenir des grâces et des consolations grâce à l’intercession de la Vierge Marie. Le nom rosaire dérive de “couronne de roses”. La rose est la fleur symbole de Marie. En fait, au Moyen Age, les statues de Marie étaient décorées de couronnes de roses en signe d’amour et de dévotion. De ces couronnes est née la couronne du Rosaire, utilisée pour prier et méditer. Ce sont les Cisterciens du XIIIe siècle qui ont contribué à la dévotion à la Vierge par des prières à prier avec le rosaire. En 1571, à l’occasion de la bataille de Lépante, le Pape Pie V invita tous les chrétiens à prier le Rosaire pour invoquer la victoire des chrétiens contre les Ottomans. De cette victoire naîtra la fête de Notre-Dame de la Victoire, puis la fête de Notre-Dame du Rosaire (7 octobre).

D’autres dévots et bienheureux comme Alano della Rupe, San Luigi Maria Grignion de Montfort et le bienheureux Bartolo Longo ont donné de la vigueur à la dévotion, comme l’ont fait, plus récemment, les apparitions de Marie à Lourdes et Fatima.

Le Saint Rosaire est la prière la plus efficace contre Satan.

Novembre

Novembre est le mois dédié aux Âmes des morts, à leur mémoire. La dévotion se manifeste par des actions de suffrage pour les chers défunts, mais aussi pour les défunts en général, et par une méditation profonde sur l’éphémère de la vie humaine, sur sa fragilité devant Dieu. Les prières récitées dans le cadre de cette dévotion permettent non seulement l’accès aux indulgences plénières, mais contribuent aussi à purifier les âmes des morts, à les sauver du purgatoire.

Décembre

Le mois de décembre est naturellement centré sur la préparation du Noël, qui célèbre la naissance de Jésus, mais aussi à l’Immaculée Conception de Marie, née sans péché, pure et unique parmi les femmes. Les semaines de l’Avent représentent pour les chrétiens l’une des plus grandes périodes de méditation spirituelle, en vue du renouveau de la naissance du Sauveur, et offrent de nombreuses occasions de prière commune avec la famille et les autres fidèles.