Saints modernes: les canonisations de Pape François des dernières années

Saints modernes: les canonisations de Pape François des dernières années

Les saints bienheureux sont les protagonistes de l’histoire de l’Église catholique. Mais aujourd’hui hommes et femmes méritent d’être canonisés. Voici les saints modernes proclamés par Pape François

La canonisation est une pratique que l’Église catholique poursuit depuis ses origines et qu’elle partage avec les Églises du rite oriental et l’Église orthodoxe. Les anglicans ne la pratiquent pas, tandis que les protestants, ne reconnaissant pas le culte des Saints, la refusent dans son intégralité. De quoi s’agit-il ? C’est la proclamation officielle de la sainteté d’un homme ou d’une femme, à qui n’est pas uniquement reconnu le rôle de bienheureux/euse, c’est-à-dire une place spéciale au Paradis, mais on en encourage la vénération de la part des fidèles. Pour l’obtenir, il faut suivre une procédure spécifique qui peut durer de nombreuses années. La première canonisation documentée remonte au 993 apr. J.-C., quand pape Jean XV proclama la sainteté de Saint Ulrich, évêque d’Augsbourg. Mais, depuis lors, des milliers d’hommes et de femmes ont été canonisés, 1.726 saints uniquement à partir de 1588. Il est difficile de rédiger un recensement précis de tous les saints et bienheureux, considérant également les martyrs et ces saints dont le culte a été aboli et rétabli au cours des siècles. Certains Papes en ont proclamé des dizaines, d’autres même pas un, et le processus canonique même a évolué et s’est transformé au cours des siècles, jusqu’à arriver à celui que nous connaissons aujourd’hui.

Saints Martyrs

Lire aussi :

Saints Martyrs: sacrifier sa vie au nom de Dieu
Les Saints Martyrs sont des hommes et des femmes, souvent très jeunes, qui ont sacrifié leur vie pour amour de Dieu et, pour cela, ont mérité la béatification. Apprenons à mieux les connaître.

Mais que faut-il pour être proclamé saints modernes ? Considérant qu’il revient encore au Pape d’établir en dernier recours qui doit être proclamé saint et qui non, toute la procédure passe par différentes étapes, sous le contrôle sévère de la Congrégation pour les causes des saints, l’organisme de l’Église qui s’occupe des processus de béatification.

Jetons un œil aux Saints contemporains, c’est-à-dire ceux canonisés de 2019 à aujourd’hui.

Canonisations de Pape François

Par rapport à ses prédécesseurs, Pape François a célébré un nombre de canonisations très consistant, en canonisant 909 saints de 2013 à 2022. 7 ont été reconnus par équivalence. Nous nous attardons un instant sur la différence entre canonisation et béatification équipollentes ou équivalentes et béatifications et canonisations formelles. En général, on parle d’équivalence dans les cas de béatification et canonisation quand, par un décret papal, le Saint Siège légitime et reconnait un culte spontané existant depuis longtemps, sans nécessité d’ultérieurs enquêtes spécifiques et sans attester la présence d’un ou plusieurs miracles. La canonisation et béatification équipollente concernent donc les « anciens bienheureux », qui jouissent d’un culte déjà consolidé et pratiqué depuis des années. La béatification équipollente intervient quand le Siège Apostolique reconnait officiellement et solennellement le culte et la sainteté du bienheureux, peut-être après qu’on en a prouvé le martyr, et le proclame saint à tous les effets.

La canonisation équipollente, par contre, a lieu avec la reconnaissance de trois prérequis :

  • antiquité du culte ;
  • constante et commune attestation de marques de foi, vertu, ou preuve du martyr ;
  • réputation ininterrompue de prodiges attribués à son intercession.

Les béatifications et canonisations formelles, par contre, prévoient un long et régulier processus de canonisation, avec la reconnaissance d’un miracle pour la béatification, et d’un deuxième miracle pour la canonisation.

Passons en revue les canonisations proclamées par Pape François au cours des quatre dernières années, en considérant que déjà dans les années précédentes le pape a été le promoteur de nombreuses canonisations illustres, parmi lesquelles celle de Jean-Paul II, béatifié en 2011 par son successeur pape Benoît XVI et proclamé saint par pape François en 2014.

Saints canonisés en 2019

Parmi les canonisations proclamées par Pape François en 2019 à Rome, Place Saint-Pierre, le 13 octobre, avec la solennelle messe de canonisation, il y a :

  • le cardinal John Henry Newman (1801-1890), anglican converti au catholicisme qui fut le fondateur de la congrégation de l’Oratoire de Birmingham. La Cause de béatification et canonisation du bienheureux John Henry Newman avait commencé en 1958 avec les anciennes normatives du Codex Iuris Canonici. Après le premier processus qui établit la fama sanctitatis vitae, la réputation de sainteté du Serviteur de Dieu pendant sa vie et la virtutum atque miraculis, les vertus naturelles et les miracles, de 1984 à 1986 eut lieu le processus apostolique, destiné à démontrer les vertus héroïques. En 2010, Pape Benoît XVI a proclamé Bienheureux le Vénérable Newman le 19 septembre 2010. Pape François a ensuite autorisé la Congrégation des Causes des Saints à promulguer le décret super miraculo, reconnaissant la guérison miraculeuse d’une mère de famille de Chicago, qui en 2013 invoqua le Cardinal lorsqu’elle risquait de mourir à cause d’une hémorragie abdominale qui s’arrêta net ;
  • Mère Josephine Vannini (1859-1911), fondatrice de la Congrégation des Filles de Saint Camille pour l’assistance aux malades, reconnues comme bienheureuse par Pape Jean-Paul II en 1992 avec la reconnaissance d’un miracle advenu à Buenos Aires (Argentine) en 1958 ;
  • Marie Thérèse Chiramel Mankidyan (1876-1926), une religieuse dédiée à la charité, qui suivit les pas de Christ parmi les plus pauvres et les plus marginalisés et fonda la Congrégation des Sœurs de la Sainte Famille de Thrissur. La vénération naquit autour d’elle lorsqu’elle était encore en vie et fut proclamée Sainte avec Décret super Miraculo pour la reconnaissance de guérisons miraculeuses qui lui étaient attribuées ;
  • Dulce Lopes Pontes (1914-1992), sœur professe de la Congrégation des Sœurs de l’Immaculée Conception de la Mère de Dieu ;
  • Sainte Marguerite Bays (1815-1879), vierge, laïque, du Troisième Ordre Séculaire de Saint François qui, en exerçant en famille le métier de couturière, veilla avec tout son être aux multiples besoins du prochain sans jamais négliger la prière.

Avec canonisation équipollente, fut proclamé Saint Barthélemy Fernandes des Martyrs (1514-1590), archevêque de Braga, homme de grande intégrité de vie, qui se dédia avec amour et charité à son troupeau et laissa derrière lui de très nombreux et précieux écrits.

Bienheureux canonisés en 2020

Aucune canonisation en 2020, mais certaines béatifications d’hommes et de femmes destinés à devenir les nouveaux saints et bienheureux. Parmi eux, rappelons le très jeune Carlo Acutis, le bienheureux de l’ère digitale, mort à seulement 15 ans à cause d’une leucémie fulgurante, laïc, mais très attaché à la dévotion de la Vierge et de l’Eucharistie. Son mérite a été de réaliser des projets informatiques sur les thèmes de la foi, outre son activité de bénévolat avec les sans-abris et dans les soupes populaires.

Carlo Acutis le bienheureux de l’ère digitale

Lire aussi :

Carlo Acutis: le bienheureux de l’ère digitale
Carlo Acutis, le saint du millénaire qui a dédié sa brève vie à Jésus et à l’aide des plus pauvres…

Rappelons ensuite:

  • Bienheureux Giovanni Tavelli de Tossignano (1386-1446), de l’Ordre des Jésuites, Évêque de Ferrare ;
  • Marie Louise du Très-Saint Sacrement (1826-1886), fondatrice de l’institut des Sœurs Franciscaines Adoratrices de la Sainte Croix, pour l’éducation et l’instruction chrétienne de la jeunesse, l’assistance aux malades, aux personnes âgées et aux infirmes ;
  • Olinto Marella (1882-1969), qui fut prêtre diocésain, fondateur des « Petites ouvrières » où on s’occupait d’extra-scolaire et d’orientation professionnelle ; Père Marella, comme il était généralement appelé, sut toujours s’apercevoir, avec un intense regard de foi, des exigences de son temps, dans lequel se faisaient remarquer les changements rapides de la modernité ;
  • Michael McGivney (1852-1890), prêtre diocésain, fondateur de l’Ordre des Chevaliers de Colombe, The Knights of Columbus, organisation présente dans le monde entier avec plus d’un million et demi de membres, engagés dans l’évangélisation, dans la charité, dans la promotion de l’intégration raciale et dans la défense de la liberté religieuse ;
  • Joan Roig i Diggle (1917-1936), laïc, martyr, tué à cause de sa foi à dix-neuf ans à peine pendant la Guerre Civile Espagnole.

Saints canonisés en 2021

En 2021 Pape François proclama Sainte avec Canonisation Équipollente  Margherita da Città di Castello (1287 – 1320), mystique médiévale adonnée à la prière assidue et à des pénitences très dures: jeûne, veillées, cilice, flagellation.

Saints canonisés en 2022

Le 15 mai 2022 sur Place Saint-Pierre Pape François proclama saints :

  • Devasahayam Pillai (1712-1752), laïc indien, père de famille et martyr béatifié par Pape Benoît XVI. Tué pendant les persécutions contre les chrétiens dans le royaume de Travancore pour avoir abjuré l’indouisme. Il fut le premier laïc indien à devenir saint;
  • César de Bus (1544-1607), prêtre qui, en se convertissant à la vie mondaine, se dédia à la prédication et à la catéchèse et fonda la Congrégation des Pères de la Doctrine Chrétienne, à laquelle il donna la finalité de rendre gloire à Dieu à travers la formation des fidèles;
  • Louis Marie Palazzolo (1827 – 1886), prêtre de Bergame qui fonda la Congrégation des Sœurs des pauvres et des Frères de la Sainte Famille;
  • Justin Marie Russolillo (1891-1955), prêtre italien, curé du quartier Pianura, à Naples. Il a fondé la Société des Divines Vocations pour la culture, recherche et formation des vocations à la prêtrise et à la vie consacrée, si bien qu’il fut considéré comme l’Apôtre des Vocations.  Il dédia toute sa vie à susciter chez les jeunes l’appel de Dieu. Quelques guérisons miraculeuses, valables aux fins de la béatification, lui ont été attribuées;
  • Marie Françoise de Jésus (Anne Marie Rubatto) (1844-1904), fondatrice des Capucines de la Mère Rubatto de Loano. Elle vécut entre l’Italie et l’Amérique Latine en tant que missionnaire chez les Indiens. Elle est la première sainte de l’Uruguay. La guérison miraculeuse d’un enfant en 1939 lui a été attribuée ;
  • Marie Dominique Mantovani (1862-1934). Elle a fondé l’Institut des Petites Sœurs de la Sainte-Famille et en a été la première supérieure générale. Elle a dédié sa vie aux pauvres, aux orphelins et aux malades;
  • Titus Brandsma (1881-1942), d’origine hollandaise, fut presbytère de l’Ordre des Frères de la Bienheureuse Marie Vierge du Mont-Carmel. Il mourut comme martyr dans le camp de concentration de Dachau, après avoir dédié sa vie à défendre l’église et la pitié humaine contre les horreurs du nazisme;
  • Marie Rivier (1768 – 1838), religieuse qui vécu pendant la Révolution française, fonda la Congrégation des Sœurs de la Présentation de Marie afin d’instruire le peuple chrétien dans la foi. Des guérisons miraculeuses lui sont attribuées;
  • Mère Marie de Jésus Santocanale (1852-1923), fondatrice de la Congrégation des Sœurs Capucines de l’Immaculée de Lourdes, qui abandonna les aises et les commodités de sa vie pour se dédier aux pauvres et aux plus démunis.

Le 9 octobre 2022 Pape François présida, sur le Parvis de la Basilique Saint-Pierre, la célébration eucharistique et le rite de canonisation des bienheureux Artemide Zatti et Giovanni Battista Scalabrini. Le premier (1880 – 1951) appartenait à la Société de Saint François de Sales et avait dédié sa vie aux pauvres, vivant en Patagonie et en sacrifiant sa vie pour prendre soin des nécessiteux à l’hôpital de Viedma.

La Chaire de Saint Pierre: la signification de l’œuvre et les origines de sa fete

Lire aussi :

La Chaire de Saint Pierre: la signification de l’œuvre et les origines de sa fête
Qu’entendons-nous pour Chaire de Saint Pierre? De quoi s’agit-il et où se trouve cette œuvre précieuse? Que fête-on le 22 février?

Giovanni Battista Scalabrini (1839 – 1905) a été Évêque de Plaisance, Fondateur de la Congrégation des Missionnaires de Saint Charles et de la Congrégation des Sœurs de la Mission de Saint Charles Borromée. Grande fut sa contribution en aide aux agriculteurs, aux ouvriers et aux émigrants en Amérique.