Comment organiser un mariage catholique

Comment organiser un mariage catholique

Les liens sacrés du mariage

L’Église catholique considère le mariage comme un choix humain, fait par un homme et une femme, élevé au rang de lien sacré par Christ. En effet, le mariage est un des sept sacrements et consacre un pas fondamental et irréversible non seulement dans la vie de deux individus, mais aussi dans leur parcours en tant que chrétiens. Aujourd’hui, avec l’augmentation des cohabitations et des mariages civiles, le choix d’un mariage catholique est encore plus important et doit être soigneusement réfléchi. Les couples qui choisissent de se marier selon les préceptes de l’Église entreprennent en effet un voyage vers une prise de conscience commune, destinée à renforcer les fondations de leur rapport, de leur vie. Comme Pape François nous le rappelle, le mariage à l’Église :Mariage catholique dans l'église

« N’est pas une simple cérémonie que l’on fait ‘dans’ l’Église, avec les fleurs, la robe, les photos. Le mariage chrétien est un Sacrement qui a lieu ‘dans’ l’Église et qui ‘fait’ l’Église, en marquant le début d’une nouvelle communauté familiale ».

Le mariage à l’église demande toute une série de démarches bureaucratiques à accomplir dans la paroisse des futurs mariés et la fréquentation d’un cours prénuptial avec le prêtre qui bénira l’union. En outre, les mariages célébrés à l’église demandent l’affichage obligatoire des publications religieuses et tous les documents requis par le mariage civil.

Outre le parcours spirituel, il faut ensuite organiser aussi tous les aspects de la cérémonie et de la réception, du choix des invités à celui des vêtements, des fleurs et ainsi de suite.

Un choix réfléchi, nous disions, qui doit être organisé bien à l’avance afin de s’assurer que le jour le plus heureux dans la vie d’un couple soit tout à fait parfait.

Les prérequis pour célébrer un mariage catholique

La première chose à définir est de s’assurer que tous les prérequis nécessaires pour se marier selon le rite catholique sont respectés.

  1. Tous les futurs mariés doivent avoir été baptisés et avoir reçu le sacrement de la confirmation. En effet, il n’y a que de cette manière qu’ils pourront dire qu’ils appartiennent à l’Église. Quand ils se rendront chez le prêtre pour lui communiquer leur intention de se marier, le certificat de baptême et de confirmation seront des documents requis. Ils pourront les demander auprès de la paroisse dans laquelle ils ont reçu ces sacrements.
  1. Tous les futurs mariés ne doivent pas être divorcés. Plus précisément, ils ne doivent pas avoir déjà été mariés à l’église auparavant. Seul le veuvage est considéré comme une exception acceptable. Des deuxièmes noces ne pourront pas être célébrées à l’église, mais uniquement à la Commune ou en tout cas selon un rite civil. La seule possibilité pour qui souhaite se marier à l’église une deuxième fois est d’avoir obtenu l’annulation du premier mariage auprès de la Sainte Rote.
  2. Il est nécessaire que les mariés aient fréquentés, dans les mois précédents les noces, un cours prénuptial auprès de la paroisse dans laquelle ils célébreront le mariage ou dans les paroisses d’origine. Le cours prénuptial dure environ un mois et prépare les mariés à leur vie ensemble du point de vue matériel, mais surtout moral et spirituel. Il ne s’agit pas uniquement d’un cours pratique pour initier la nouvelle famille à la vie conjugale, mais plutôt d’un moment de réflexion profonde et chrétienne à propos de la signification du pas qu’ils s’apprêtent à accomplir. À la fin du cours, ils recevront une Attestation de présence au cours prénuptial, document indispensable pour le mariage.

Les documents nécessaires pour le mariage en Italie

La première chose à faire est organiser un entretien avec le prêtre, qui conseillera les futurs mariés à propos de tout ce qu’il est nécessaire de faire en préparation au mariage et des documents qu’il faudra produire.

D’habitude, il suffit de trois mois pour organiser toute la paperasse, mais il vaut mieux s’avancer pour éviter des mauvaises surprises. Etant donné que les documents ont une validité de 6 mois, il ne faut pas non plus les demander trop à l’avance afin de ne pas courir le risque de devoir les refaire.

Documents nécessaires pour le mariage civile

  • certificats de naissance ;
  • certificats de résidence ;
  • certificats de nationalité ;

Documents nécessaire pour le mariage religieux

Outre les documents mentionnés ci-dessus, requis pour le mariage civile, les futurs mariés devront également produire :

  • les certificats de Baptême (émis par la paroisse dans laquelle ils ont été baptisés) ;
  • les certificats de Confirmation (souvent dans le certificat de baptême est également indiquée la date de la Confirmation et, dans ce cas, le premier certificat est suffisant) ;
  • les certificats d’État libre ecclésiastique, qui attestent que les demandeurs n’ont pas contracté un mariage religieux en précédence ;
  • l’attestation de Participation au cours prénuptial ;
  • le Nihil obsta ecclésiastique : nécessaire uniquement dans le cas où les futurs mariés veulent se marier dans une paroisse différente de la leur ou en dehors de leur Commune de résidence.

Des situations particulières (mariage entre des personnes appartenant à deux professions religieuses différentes, mariage religieux après le civil, mariage de veufs, etc.) pourront nécessiter d’ultérieurs documents. Ce sera au prêtre d’indiquer aux futurs mariés tout ce qui est nécessaire.

Il sera ensuite nécessaire, le Certificat de publication des bans. Il sera rempli par le prêtre, après avoir examiné les documents présentés par les mariés et leur avoir parlé séparément.

Une fois préparés les publications religieuses, auprès de la paroisse des fiancés, il leur fournira le Modèle X pour qu’ils puissent prononcer leur serment et demander les publications à la Commune.

Le Certificat Contextuel et le Certificat de publication des bans de la Commune doivent être demandés à la Commune.

Les futurs mariés devront se présenter à la Commune à une date établie avec deux témoins, dont un des deux doit être un parent.  Les publications seront affichées à la Commune pendant deux dimanches et trois jours. Ensuite les mariés pourront retirer le certificat de publication des bans civiles et l’amener au prêtre.

Une fois fournie toute la documentation, le prêtre de l’Église choisi pour célébrer les noces émettra le document du Consensus Religieux, en confirmant ainsi la date du mariage.

Les choses à faire avant tout mariage catholique

 La plupart des comptes à rebours matrimoniaux focalisent l’attention surtout sur les aspects pratiques de l’organisation. Ils sont surement importants, mais il ne faut pas perdre de vue, au moment où on décide de se marier à l’église, que le choix du mariage religieux demande aussi et surtout une préparation spirituelle. Sans donc laisser de côté le fleuriste ou le photographe, sans vouloir dénigrer l’importance de la robe de la mariée ou le choix de l’esthéticienne pour le grand jour, il est important de dédier un moment de réflexion ou, encore mieux, plusieurs, au pas que l’on s’apprête à accomplir. Établir un budget pour organiser les noces est important, mais définir le « budget » spirituel l’est probablement encore plus !

 1 an avant

  • Fixer un entretien avec le prêtre de l’église où vous avez l’intention de célébrer le mariage ;
  • Choisir où donner la réception de noces et s’assurer que l’endroit soit disponible à la date choisie. Tenir en compte que les prix pour organiser une réception de mariage changent aussi de beaucoup selon la saison et le jour auxquels on célèbre le mariage. La période de Avril à Octobre coïncide avec la « haute saison » des mariages. Les mariages en semaine peuvent se révéler bien plus économiques par rapport à ceux célébrés en fin de semaine. Se confronter également avec la famille afin de trouver la meilleure solution ;
  • Choisir le « thème » de votre mariage, le style que vous voulez lui donner. Il s’agira d’un jour spécial et il est juste qu’il soit beau et inoubliable pour vous et pour vos invités.

 – 10/9 mois

  • Commencer à penser au cours prénuptial. Le prêtre vous aura déjà orienté en ce sens. Il faut se rappeler qu’il ne s’agit pas uniquement d’un « guide pratique » au mariage. C’est le début d’une nouvelle vie en tant que couple et famille, le premier pas sur un chemin commun fait de respect et de développement spirituel. Dans ce sens aussi, participer à quelques entretiens spirituels seuls ou en couple pourrait se révéler utile ;
  • Réserver l’église pour la date choisie ;
  • Réserver le lieu de la réception ou du banquet ;
  • Commencer à penser à la maison dans laquelle vous irez vivre ;
  • Acheter le trousseau.

7 mois avant le mariage

Robes de mariée

Rassembler les documents pour le mariage, les civils et les religieux. Certains d’entre eux ont une durée limitée à trois ou à six mois : tenez-en compte ;

Commencer à réfléchir à la robe de mariée, en profitant peut-être des nombreux salons organisés un peu partout ;

Choisir les témoins et s’assurer de leur disponibilité pour la date fixée ;

 

– 6 mois

  • Définir les détails pour la cérémonie, les lectures qui l’accompagneront, les chants, la musique et se mettre d’accord avec qui devra s’en occuper.
  • Rédiger la liste des invités et fournir aux organisateurs de la réception toutes les informations qui puissent leur être utiles comme le nombre de participants, la présence d’enfants, etc.

– 5/6 mois

  • Peaufiner les derniers détails de la robe de mariée et des accessoires ;
  • Si vous le souhaitez, ouvrir une liste de mariage dans un ou plusieurs magasins. La liste de mariage aidera les invités à éviter toute situation embarrassante sur quoi vous acheter et combien dépenser, et les mariés ne se retrouveront pas avec des cadeaux doubles, inutiles ou parfois même non appréciés. Il devrait également s’agir du point de départ pour le jeune couple pour rendre confortable leur maison, le lieu où ils commenceront leur parcours en tant que famille. Insérer dans la liste de mariage des objets de différentes tranches de prix. Les invités doivent pouvoir choisir un cadeau qui reflète aussi leurs goûts et qui respecte leur disponibilité économique. Il est maintenant également possible d’ouvrir la liste de mariage en ligne sur de nombreux sites prévus à cet effet.
  • Contacter un typographe et envoyer les participations aux invités. Surtout si l’on choisit de les envoyer en format papier, il faut s’y prendre à l’avance. L’opération demandera en effet plus de temps. Beaucoup de jeunes couples décident de profiter des technologies modernes et d’envoyer invitations et participations en utilisant le courrier électronique ou les réseaux sociaux. En tout cas, il est toujours mieux de s’y prendre à l’avance afin de s’assurer que les amis et les parents invités puissent s’organiser à temps et être présents. Les participations aussi, ainsi que des éventuels cartes de remerciement, devraient avoir une certaine personnalité, refléter les futurs mariés. Choisir un thème et un style conformes à ceux choisis pour le mariage et s’assurer que le typographe le suive. Évaluer si insérer la liste de mariage dans l’invitation. Pour certains invités cela pourrait se révéler une aide précieuse afin d’éviter tout embarras et inquiétude.Faveur de mariage
  • Choisir les bonbonnières et les dragées. Selon l’étiquette du mariage, ce serait à la famille de la mariée de s’en occuper. Il s’agit d’une tradition qui date, mais toujours fascinante. Les dragées sont un symbole de bonheur et de prospérité. Elles sont confectionnées en nombre impair, car un nombre impair n’est pas divisible, comme devrait l’être le couple qui va se former. D’habitude on les emballe par 5, comme les vertus nécessaires au mariage : Santé, Bonheur, Fertilité, Longévité, Richesse. La bonbonnière contient également une petite carte avec les noms des mariés.
  • Choisir le fleuriste, sur base de ses propres goûts et aussi avec une attention particulière à la disponibilité pour la période à laquelle ont été fixées les noces. Les fleurs devront parler de la mariée, de ses goûts, de sa personnalité. Il serait probablement utile de jeter un œil dans un livre concernant la signification des fleurs ou simplement choisir en fonction de ses préférences. Les fleurs décorent l’église et la salle de réception et le fleuriste devra donc tenir en compte des autres décorations. Le bouquet de la mariée aussi est un choix important et spécial ;
  • Choisir le gâteau nuptial, toujours en fonction du thème et des couleurs choisis pour la fête, outre que ses propres goûts. D’habitude, on choisit des pièces montées composées de génoise et crème et décorées de fruits, crème fraîche ou pâte à sucre. Demander conseil à un pâtissier qui sache trouver un juste milieu entre un gâteau « design » et un bon gâteau.

3 mois avant le mariage

Le photographe de mariageRéserver un éventuel voyage de noces ;

Choisir le photographe, en ne se fiant qu’à des professionnels. Trop de mariages ont été gâchés par un ami de bonne volonté, mais inadéquat et maladroit. Mieux vaut être sûr d’avoir un beau souvenir de ce jour spécial. S’adresser à un photographe professionnel, peut-être un dont l’on connaît déjà des travaux précédents ou dont on a visionné un portfolio. Décider à l’avance avec lui le caractère à donne au service photo, que ce soit pour le reportage du mariage ou pour les photos souvenir des deux mariés;

Louer éventuellement une voiture pour la mariée.

– 2 mois

  • Fixer le menu avec les organisateurs du banquet ;
  • Choisir maquillage et coiffure pour la mariée ;
  • Choisir le costume pour le marié ;
  • Choisir les éventuels pages ou demoiselles d’honneur ;
  • Acheter les alliances. Un choix difficile et délicat, auquel prêter un soin et une attention particulières, car il s’agit d’une bague que tous les deux devront porter à vie.

– 1 mois

  • Faire afficher les publications des bans à la Commune et, après deux semaines, à l’église ;
  • Choisir les lectures pour la messe. Au cours des siècles, l’Église Catholique en a sélectionné une liste contenant les plus adaptés. Il serait opportun que les mariés le lisent ensemble avant de les choisir afin d’en comprendre à fond la signification et la valeur pour cette occasion si spéciale ;
  • Confirmer le nombre d’invités aux organisateurs de la réception et faire imprimer le menu ;
  • Établir la disposition des places à table lors de la réception.

– 3 semaines

Les fleurs du mariage

  • Se rendre avec le fleuriste, le photographe et d’autres éventuels fournisseurs à l’église et au lieu de la réception pour une vérification sur place.

– 2 semaines

  • Retirer les alliances et commander le bouquet. La tradition veut que ce soit le marié à s’occuper de ces deux aspects si délicats et symboliques.

– 7 jours

  • La mariée retire la robe et se dédie à son aspect physique en vue des noces : cheveux, soins du corps et ainsi de suite.
  • Les témoins organisent l’enterrement de vie de garçon et de jeune fille. L’enterrement de vie de garçon (et de jeune fille, plus récemment) est un usage typique des pays anglo-saxons. Il a une valeur symbolique : les amis concèdent aux futurs mariés de passer une dernière nuit en tant que célibataire avant de se mettre définitivement en couple. Il est organisé par les témoins des mariés et concerne les amis les plus proches.
  • Coordonner tous les fournisseurs : coiffeuse, maquilleuse, photographe et chauffeur.

– 2 jours

  • Essai définitif de la robe de mariée.

– 24 heures

  • Les mariés doivent se rendre à l’église et se confesser.

… et le grand jour est enfin arrivé. Le conseil le plus précieux est de faire en sorte qu’il soit magnifique et qu’il représente le début d’une nouvelle et longue vie ensemble. Il ne restera que ça de toutes les inquiétudes et les frais de ces derniers mois : la conscience de deux âmes qui se sont choisies et ont décidé de commun accord de poursuivre dans un parcours commun avec la création d’une famille. Et c’est certainement la seule chose qui importe vraiment.