Photographier les luminaires de Noël : quelques petits conseils pour prendre des splendides photos de vos lumières

Photographier les luminaires de Noël : quelques petits conseils pour prendre des splendides photos de vos lumières

Photographier les luminaires de Noël ? Ce n’est pas un jeu d’enfants. Des étoiles palpitantes, des guirlandes de petits globes lumineux, des minuscules Led. Tout ce qui fait de Noël un rêve scintillant, à l’intérieur et à l’extérieur de nos maisons, représente également l’aspect des fêtes le plus difficile à immortaliser en photo.  Et penser qu’il y aurait tellement de belles choses à photographier !

Cherchons à comprendre ensemble comme photographier les guirlandes lumineuses de Noël.
Qu’est-ce qui rend si compliqué de photographier les luminaires de Noël ? Les raisons sont nombreuses, et de différente nature, mais il existe des règles simples pour obtenir quand même de bons résultats et créer un album de Fêtes vraiment spécial pour nous et pour notre famille.

Le bon moment pour photographier les guirlandes lumineuses de Noël

Le bon moment pour photographier les lumières de Noël
Le bon moment pour photographier les guirlandes lumineuses de Noël ? En hiver… avant qu’il ne fasse noir.

Quand nous voulons prendre en photo les décorations de Noël, nous devons tenir compte de différents facteurs. Tout d’abord, la lumière hivernale qui, même en plein jour, n’est pas comparable à celle des autres saisons.

Et pourtant c’est elle qui va nous aider à réaliser de meilleures photos. Nous devons simplement identifier le meilleur moment pour prendre nos clichés. Un conseil ? N’attendez pas qu’il fasse noir. À moins de disposer d’un appareil photo hyper technologique et d’être bien évidemment capable d’en maîtriser parfaitement toutes les fonctions, le noir n’est pas la meilleure condition pour photographier les luminaires de Noël.

Nous devons tenir compte du fait que les règles de l’exposition sont complètement inversées quand nous dirigeons notre objectif sur des lumières allumées sur un arrière-plan entièrement sombre. Trop de différence de luminosité entre l’arrière-plan et le sujet que nous souhaitons prendre en photo (les guirlandes lumineuses de Noël, dans ce cas-ci) crée de gros problèmes. Même si nous photographions les luminaires de Noël à midi, en pleine lumière, nous aurions également une différence trop marquée entre le ciel, bien plus lumineux que les guirlandes allumées, et ces dernières. Afin de trouver le bon équilibre entre la lumière ambiante et les lumières artificielles il vaut donc mieux  photographier les guirlandes lumineuses de Noël au coucher de soleil, ou avant l’aube, profitant également de cette atmosphère rare qui se crée pendant la saison hivernale à cette heure-là, où la luminosité des décorations ressort encore plus, ou alors pendant la journée, s’il n’y a pas de soleil. Évitez les journées brumeuses, histoire aussi de ne pas devoir vous inquiéter de nettoyer sans arrêt votre objectif de toute condensation.

Toujours en parlant du ciel, il pourra se révéler un arrière-plan parfait pour votre photo, mais il faudra tenir compte de comment il apparait dans les différents moments de la journée. Les couleurs de l’hiver sont magnifiques, surtout si elles servent de décor aux luminaires de Noël. Selon le moment de la journée, au matin, l’après-midi, le crépuscule, ou même la nuit, nous allons pouvoir jouer avec une palette de couleurs quasi infinie de teintes et de nuances sur lesquelles les luminaires ressortiront de manière efficace et toujours différente. Laissez beaucoup de place au ciel dans vos compositions, en préférant des plans du bas vers le haut.

Les paramètres de votre appareil photo

Les paramètres de la caméra
Le plus important : ne jamais utiliser son flash !

C’est peut-être banal de le dire, mais… il ne faut pas utiliser de flash ! Il fausserait entièrement l’effet de la photo et les couleurs et il aplatirait toute notre composition. Si on est vraiment contraint de l’utiliser, ne le pointer jamais sur le sujet. Vous pouvez remédier au problème en utilisant un diffuseur ou même simplement une feuille de papier blanc, ou, si vous disposez d’un flash externe, vous pouvez le pointer vers le plafond. Les murs, s’ils sont clairs, feront office de diffuseurs.

Toujours pour une question de luminosité, nous allons devoir intervenir, si possible, sur la vitesse d’obturation, qui ne devra pas être trop lente. Pour les guirlandes lumineuses de Noël dans les rues ou sur les maisons, quelques secondes d’exposition suffiront : les luminaires paraitront vives, tandis que les personnes, les voitures qui passent et tous les autres éléments en mouvements seront flous, troubles, en créant ainsi un effet dynamique.

Il sera également opportun de régler l’ouverture de l’obturateur de façon à ce qu’elle soit faible (entre f/8 et f/16 ça devrait le faire). Si par contre nous devons photographier un détail spécifique, une augmentation de l’ouverture de l’obturateur sera necessaire afin de diminuer la profondeur de champ.

En ce qui concerne la sensibilité ISO, c’est-à-dire la sensibilité de notre appareil photo à la lumière, si nous prenons des photos dans des milieux sombres, elle devra être paramétrée sur une valeur plus élevée. En effet, plus la sensibilité ISO est élevée, plus nous allons pouvoir prendre des photos même avec peu de lumière. Les appareils photos les plus avancés peuvent atteindre une sensibilité ISO jusqu’à 6400 ! Il faut par contre tenir compte du fait qu’en augmentant la sensibilité ISO, nous allons également augmenter le « bruit numérique » du capteur en obtenant des photos plus bruitées. Si nous réglons donc la sensibilité ISO au minimum (100 ISO), la photo sera d’une meilleure qualité.
Un bon compromis peut être celui de réduire au minimum le temps d’exposition et d’augmenter par contre la sensibilité ISO, en la maintenant entre 400 et 800 maximum, mais si nous devons photographier des objets très lumineux, comme par exemple les guirlandes lumineuses de Noël, nous pouvons également maintenir la sensibilité ISO plus basse, entre 100 et 200. Il vaut mieux faire quelques tests.

En résumant : valeur ISO ÉLEVÉE/BASE en fonction de ce que nous souhaitons photographier ; valeur d’ouverture de l’obturateur FAIBLE ; vitesse d’obturation PAS TROP LENTE.

Si on utilise un GSM, le problème ne subsiste plus : avec le réglage prédéfini ISO Automatique, ce sera le téléphone lui-même qui réglera la sensibilité ISO selon la luminosité disponible.

Un trépied pourra être utile pour maintenir l’appareil photo en place vu les temps d’exposition prolongés. Il nous fournira en outre un appui utile pour ne pas perdre le bon plan une fois trouvé et à faire tous les tests que nous souhaitons, en changeant les réglages de l’appareil. Si nous utilisons un trépied, il vaudra mieux couper le stabilisateur d’image sur l’objectif, car souvent les deux éléments entrent en conflit.

L’utilisation d’un minuteur peut également nous aider à éviter les vibrations de l’appareil. Il existe d’excellentes applications pour smartphone qui permettent d’actionner l’obturateur de l’appareil photo en utilisant ce dernier. L’utilisation du minuteur permet de travailler avec des temps d’exposition bien plus longs que la normale (d’habitude, les appareils photos ordinaires arrivent à 30 secondes).

Si notre appareil photo prévoit des effets de réglage qui permettent d’équilibrer les couleurs, utilisons-les. Le réglage du blanc, par exemple, peut être paramétré sur « tungstène », sur « fluorescent » ou « incandescent », afin de rendre les lumières plus claires.

Les objectifs aussi peuvent nous venir en aide. Pour des photos en intérieur, pour immortaliser le Sapin de Noël ou les luminaires de la maison par exemple, un objectif macro pourrait se révéler très utile, puisqu’il nous permettra de capturer des détails suggestifs dans toute leur splendeur. Si par contre nous souhaitons faire des photos en extérieur, l’objectif macro nous sera utile pour immortaliser les détails, tandis que pour capturer une maison éclairée, un rue ou un paysage un objectif grand-angle sera plus indiqué.